Accueil du site > Sante > Grossesse > Santé du bébé > L’apprentissage de la propreté chez un bébé

L’apprentissage de la propreté chez un bébé

La propreté du corps est quelque chose de fondamental pour la santé humaine. Elle distingue l’homme des autres êtres vivants. Acquérir une propreté est une autre étape que tout bébé doit passer. Pour arriver à ce stade, quelques étapes clés révélatrices sont à tenir compte telles savoir marcher, être stable et équilibré quand il est assis sur le pot, s’asseoir et se relever seul, suivre des directives simples, dire quand il est souillé et désirer l’indépendance. Par ailleurs, la période propice à cet apprentissage arrive seulement quand l’enfant a en même temps la capacité physiologique et psychologique.

L’apprentissage de la propreté chez un bébé : la propreté rime avec l’utilisation du pot

Cette notion de propreté est en relation directe avec le moment où le bambin sent qu’il est prêt à utiliser le pot. Généralement, cette envie d’être propre se situe à l’âge de 18 mois où l’enfant commence à avoir la maturité physique nécessaire, qui se traduit par la maîtrise des fibres nerveuses des sphincters. Cette maturité du corps ne va pas sans le désir intellectuel qui est prêt à apprendre. Concrètement, ces instants arrivent quand l’enfant sollicite de sa personne les choses qu’il ressent en prononçant un vocabulaire précis comme pipi, caca ou encore popo. Sinon, d’autres indices se rapportant à des grimaces ou à des attitudes telles serrer les jambes ou toucher sa couche est autant des signes révélateurs.

L’apprentissage de la propreté chez un bébé : de la notion du pot à l’usage d’une culotte propreté

Pour aider l’enfant à cerner l’apprentissage de la propreté, quelques conseils pratiques sont utiles. Ceux-ci consistent en gros à mettre à la disposition du petit concerné un pot et le laisser le temps de se familiariser avec. Pour ce faire, il faut utiliser les démarches nécessaires, dont la présentation de l’objet qui lui soit personnel, le choix précis du lieu pratique et intime du pot accessible pour le bébé, mais surtout son mode d’usage vis-à-vis de l’enfant qui doit accompagner le choix adéquat des habits simples à enlever. En pratique, cet apprentissage se fait en deux temps. Dans un premier lieu, faire asseoir l’enfant tout habillé sur le pot, après avoir enlevé la couche mouillée. Ce qui importe c’est que le bout de chou comprenne où doivent se trouver les selles et urines ainsi que les couches souillées. En second lieu, faire asseoir l’enfant sur le pot cette fois-ci dépourvu de vêtements en lui parlant tout en établissant une sorte d’habitude comme quoi après le réveil et les repas et avant le coucher. Les débuts d’accompagner l’enfant à se mettre sur le pot sont recommandés pour qu’il se sente en confiance. Il faut l’encourager petit à petit pour atteindre le but recherché.

L’apprentissage de la propreté chez un bébé : du temps pour acquérir la notion de propreté

L’apprentissage et l’acquisition de la propreté chez un bébé nécessitent du temps. Cela peut prendre des mois, voire une année. Au cours de ce processus, des accidents occasionnels ainsi que la rétention d’urine et des selles habituelles peuvent survenir. En général, l’enfant cerne en premier lieu la propreté journalière et c’est après un laps de temps de 6 mois qu’il maîtrise petit à petit la propreté nocturne. Le bambin a la notion de ce qui est propre quand dans la journée, il se retient, il se dirige vers l’endroit où se trouve le pot et enlève tout seul ses vêtements.




  • Il est nécessaire de vous sentir bien avec vous-même ainsi qu’avec votre entourage pour trouver sérénité et (...)

    PSYCHOLOGIE
  • Beaucoup de personnes ont déjà essayé d’arrêter de fumer de nombreuses fois, sans pourtant grand succès. Comment réussir cette entreprise (...)

    TABAGISME
  • Diabète, hypertension, grippe, gastro-entérite…Les maladies font parties intégrantes de notre vie quotidienne. Comment les prévenir et les (...)

    MALADIES
  • L’heure est actuellement aux bio et naturels et la branche de la santé n’est pas épargnée. Qu’est-ce qu’une santé au (...)

    SANTé NATUREL