Accueil du site > Sante > Grossesse > Santé du bébé > L’apprentissage du pot

L’apprentissage du pot

La propreté marque une phase importante au développement d’un enfant. Son apprentissage est principalement constitué de l’acquisition et de l’usage du pot. Cette volonté d’utiliser le pot chez le bébé est conseillée vers l’âge de 2 ans. En tout cas, ce qui importe n’est pas son âge, mais plutôt la période, la saison et l’aptitude du bambin à vouloir connaître l’utilité du pot. Selon de nombreux parents, la saison estivale est la plus propice pour bien acquérir l’apprentissage du pot. En effet, c’est durant cette période de la journée qu’il est possible pour le bébé de se balader sans les couches aux fesses. En réalité, il s’agit d’un pas important de la croissance de l’enfant que l’entourage doit prendre en compte avec attention et de la patience.

Le moment propice pour initier bébé au pot

La première chose à faire et dès que l’occasion se présente, essayez de ne pas recourir à l’usage des couches, notamment quand le bébé se trouve à la maison. C’est sûr que l’enfant va y faire ses besoins. L’important dans ces cas précis, c’est conscientiser l’enfant qui fait pipi culotte. Il sera en premier lieu surpris, mais il commencera dorénavant à faire attention. Viendront ainsi les autres jours où le pipi de l’enfant va être espacé. Ce qui montre que l’apprentissage du pot est imminent. Cet accessoire est plus que nouveau pour l’enfant, c’est dans cette logique là que l’initier à l’usage du pot est très important. Faire l’apprentissage ludiquement au début, tout en l’ accroupissant sur le pot et la personne initiatrice sur la cuvette des wc l’incite davantage à l’acquisition de l’usage du pot.

Refus de bébé du pot et y rester sans rien faire

Plusieurs cas peuvent se présenter au moment de l’apprentissage du pot. Le plus probable est que le bébé refuse de s’asseoir sur le pot. Dans ce cas de figure, il est conseillé de ne pas insister et de ranger le pot pour le ressortir en l’espace de quelques jours et ne pas changer d’attitudes envers l’enfant. Pour continuer dans cette voie, il est toujours possible de lui montrer l’usage du wc, car il se peut qu’il préfère utiliser la cuvette des wc que de s’asseoir sur le pot en voyant ses frères et sœurs. Un deuxième schéma qui peut se produire est que l’enfant accepte de rester sur le pot, mais ne fait rien. C’est déjà quelque chose d’acquis et ce qui importe maintenant c’est de l’aider à se relaxer tout en le distrayant. Par ailleurs, il ne faut pas le laisser des heures s’asseoir sur le pot, le mieux c’est de recommencer l’opération plusieurs fois dans la journée.

Apprentissage du pot au bébé par le dialogue et la patience

La maîtrise parfaite de l’apprentissage du pot qui signifie une totale autonomie de la propreté de l’enfant se fera progressivement. Il faut dialoguer, mais surtout de la patience pour passer cette étape exceptionnelle de la vie de l’enfant. Outre l’utilisation des habits de rechange pour pas mal de temps, il y a les autres étapes à surmonter comme le refus de l’enfant d’interrompre son jeu pour aller s’asseoir sur le pot ou lorsqu’il est tout simplement fatigue ou encore quand il n’est pas en forme. En tout cas, il est bon à savoir que chaque bébé vit avec son propre rythme. N’empêche qu’un autre moyen pour inciter les petits récalcitrants du pot à en prendre usage est leur entrée à l’école maternelle, car une fois, ils sont en contact avec les copains et copines de classe, ils s’y prêteront volontairement au jeu des autres.




  • Il est nécessaire de vous sentir bien avec vous-même ainsi qu’avec votre entourage pour trouver sérénité et (...)

    PSYCHOLOGIE
  • Beaucoup de personnes ont déjà essayé d’arrêter de fumer de nombreuses fois, sans pourtant grand succès. Comment réussir cette entreprise (...)

    TABAGISME
  • Diabète, hypertension, grippe, gastro-entérite…Les maladies font parties intégrantes de notre vie quotidienne. Comment les prévenir et les (...)

    MALADIES
  • L’heure est actuellement aux bio et naturels et la branche de la santé n’est pas épargnée. Qu’est-ce qu’une santé au (...)

    SANTé NATUREL