L’éclampsie

L’éclampsie est une complication touchant les femmes enceintes. Se présentant sous forme de crise amenant à des convulsions, celle-ci survient généralement après le 6ème mois de grossesse, mais peut également apparaitre pendant et après l’accouchement. L’éclampsie est une complication qui peut être fatale pour la mère et son bébé d’où l’importance de surveiller la mère pendant sa grossesse. Selon le monde obstétrique, l’éclampsie est une crise d’épilepsie généralisée caractérisé par les conséquences des troubles métaboliques dus à la grossesse. Et on peut distinguer trois sortes d’éclampsie : éclampsie urémique, éclampsie gravidique et éclampsie puerpérale.L’éclampsie est une complication touchant les femmes enceintes. Se présentant sous forme de crise amenant à des convulsions, celle-ci survient généralement après le 6e mois de grossesse, mais peut également apparaitre pendant et après l’accouchement. L’éclampsie est une complication qui peut être fatale pour la mère et son bébé d’où l’importance de surveiller la mère pendant sa grossesse. Selon le monde obstétrique, l’éclampsie est une crise d’épilepsie généralisée caractérisée par les conséquences des troubles métaboliques dus à la grossesse. Et on peut distinguer trois sortes d’éclampsie : éclampsie urémique, éclampsie gravidique et éclampsie puerpérale.

L’éclampsie : semblable à une crise d’épilepsie

Généralement, l’éclampsie est précédée d’une pré-éclampsie mais il arrive parfois que l’entourage ne remarque pas de symptômes pré-éclamptiques. La pré-éclampsie appelée aussi toxémie gravidique est une maladie qui se définit par une hypertension artérielle supérieure à 14/9 après 20 semaines de grossesse couplée à une protéinurie (taux protéines dans les urines) de 0,3 g par 24 heures. Cette maladie peut amener à une insuffisance rénale, une hémorragie cérébrale chez le fœtus, et peut même provoquer sa mort. On reconnait les femmes pré-éclamptiques par les symptômes suivants : bourdonnements d’oreille, maux de tête, œdèmes, ou encore nausée et vomissement.

A part la pré-éclampsie, l’éclampsie peut être favorisée par d’autres facteurs comme l’hypertension artérielle, troubles de la coagulation sanguine, antécédents grossesses avec présence de pré-éclampsie, insuffisance rénale chronique, diabète, obésité et lupus érythémateux disséminé. Les symptômes de la crise d’éclampsie se caractérisent par une convulsion associée à une hypertension artérielle de 15/11 chez la femme enceinte ou d’une convulsion de type tonico-cloniques. Chez une femme enceinte qui n’a jamais présenté de convulsions antérieurement, cette crise peut apparaître pendant ou après la première semaine de l’accouchement. La pré-éclampsie et l’éclampsie peuvent avoir des complications sur la grossesse. En effet, elles peuvent entrainer l’insuffisance rénale rapide, le décollement du placenta, la coagulation du sang disséminée, l’hémorragie cérébrale, l’œdème du poumon et aussi le retard de croissance chez le fœtus.

L’éclampsie : prévention et traitement

Les médecins prennent l’éclampsie très au sérieux parce que cette pathologie est très dangereuse pour la mère et son fœtus. Elle nécessite une hospitalisation et une surveillance maternelle surtout pour les femmes enceintes dont l’état n’évolue pas après un repos total. Dès qu’on retrouve ces symptômes de pré-éclampsie (prise de poids, œdèmes, urines mousseuses, il est préférable de consulter un médecin le plus tôt possible son médecin. Le but est de faire un diagnostic pour voir l’hypertension artérielle et la présence de protéines dans les urines. L’échographie est aussi importante pour déterminer le débit des artères qui sert à l’alimentation du bébé, une baisse de débit est très critique pour son développement.

Le traitement que la future mère doit suivre au cours de la pré-éclampsie, si le diagnostic est posé, est de prendre un repos sous antihypertenseurs afin d’éviter l’hypertension artérielle ainsi que de prévenir l’éclampsie et l’éventuelle césarienne au moment de l’accouchement. Et si malgré le traitement, la crise d’éclampsie survient, les médecins préconisent le traitement via des médicaments comme le labétolol, nitroprussiate de potassium ou le diazoxide. Et si malgré tous ces traitements l’éclampsie subsiste lors de l’accouchement, une césarienne peut être étudiée.




  • Il est nécessaire de vous sentir bien avec vous-même ainsi qu’avec votre entourage pour trouver sérénité et (...)

    PSYCHOLOGIE
  • Beaucoup de personnes ont déjà essayé d’arrêter de fumer de nombreuses fois, sans pourtant grand succès. Comment réussir cette entreprise (...)

    TABAGISME
  • Diabète, hypertension, grippe, gastro-entérite…Les maladies font parties intégrantes de notre vie quotidienne. Comment les prévenir et les (...)

    MALADIES
  • L’heure est actuellement aux bio et naturels et la branche de la santé n’est pas épargnée. Qu’est-ce qu’une santé au (...)

    SANTé NATUREL