Accueil du site > Beaute > Esthetique > Chirurgie des seins > L’hypertrophie graisseuse et glandulaire

L’hypertrophie graisseuse et glandulaire

Faisant suite généralement au déséquilibre hormonal et à l’excès de graisse, il arrive que les femmes soient concernées par l’hypertrophie graisseuse et glandulaire. Ces deux cas d’hypertrophie conduisent au développement excessif des seins. L’ampleur de cet excès de volume peut être appréciée par la mesure du volume des seins. L’adéquation du volume des seins par rapport à la morphologie de la femme constitue un des critères esthétiques permettant de juger la normalité de la physique des femmes.

La graduation de l’hypertrophie

Selon le volume des seins, l’hypertrophie est modérée, assez importante, importante ou très importante. L’hypertrophie nulle définit la situation d’une femme dont les seins ont un volume normal. La poitrine féminine est normale lorsque les seins ont un volume compris entre 200 et 350 cm3. L’intensité de l’hypertrophie est modérée si le volume des seins est compris entre 600 et 800 cm3. De 800 cm3 à 1000 cm3, le volume des seins définit la situation d’une hypertrophie assez importante. À partir d’un volume de seins de 1000 cm3, l’hypertrophie est dite très importante.

L’hypertrophie graisseuse

Les femmes obèses ou en surcharge pondérale sont les plus concernées par l’hypertrophie graisseuse. En effet, le développement des cellules adipeuses peut entraîner l’augmentation des seins.

L’hypertrophie graisseuse peut être traitée de deux manières différentes. La liposuccion peut intervenir dans les cas d’hypertrophie graisseuse modérée. Lorsqu’il s’agit de traiter des excès de graisse plus importants, la chirurgie de réduction mammaire constitue le principal recours.

L’hypertrophie glandulaire

L’hypertrophie glandulaire se produit également à la suite de la prise de poids excessif de la femme. En effet, les fonctions métaboliques de l’organisme en surpoids favorisent le développement des seins par l’augmentation glandulaire. La glande mammaire hypertrophiée peut être retirée par de petites incisions faites au niveau de l’aréole.

La chirurgie de réduction mammaire, un recours efficace et immédiat pour corriger les seins trop développés

La plupart du temps, l’hypertrophie glandulaire est toujours associée à l’hypertrophie graisseuse. Ce qui limite la possibilité de réaliser une simple liposuccion pour retirer les excédents graisseux et glandulaires à la fois. De ce cas, la chirurgie de réduction mammaire constitue le principal recours efficace pour traiter l’hypertrophie graisseuse et glandulaire.

La chirurgie de la réduction mammaire repose sur la suppression des excédents cutanés et l’élimination d’une partie de la glande mammaire. Ensuite, l’enveloppe cutanée des seins est réajustée à la glande restante. La forme choisie sera obtenue par remodelage et finalement par le repositionnement de l’aréole et du mamelon.

L’intensité de l’hypertrophie définit les techniques chirurgicales à réaliser. La réduction mammaire comprend deux techniques chirurgicales, Selon, la graduation de l’hypertrophie, la chirurgie de réduction mammaire peut faire intervenir soit la technique verticale à deux incisions, soit la technique de l’ancre à 3 incisions. La chirurgie de réduction mammaire est réalisée sous anesthésie générale, nécessitant généralement une hospitalisation de 24 heures au minimum. L’intervention chirurgicale dure entre 2 et 3 heures selon l’importance de l’hypertrophie et les complications éventuelles.




  • Coloration, soins des cheveux, astuces coiffure et photos de coupes de cheveux...

    COIFFURE
  • Découvrez les nouveaux parfums, les nouvelles tendances parfums. Quelle senteur vous séduira ? Parfum d’été, Parfum d’hiver, Parfum (...)

    PARFUMS
  • Soins du corps : Apprenez à prendre soin de vous, faite attention à votre corps. Des conseils pour se sentir bien et en (...)

    SOINS DU CORPS
  • Fière de votre corps mais pas assez, un dossier complet sur la chirurgie esthétique...

    ESTHETIQUE