Accueil du site > Sante > Grossesse > Santé de la maman > La Fécondation In Vitro

La Fécondation In Vitro

La Fécondation In Vitro est une technique utilisée pour pallier au problème de fécondation d’un couple désireux d’avoir un enfant. Les procédures sont difficiles et peuvent échouer, mais en tout cas, c’est une possibilité. Le premier enfant né par FIV, Louise Brown, fête actuellement ses 32 ans.

Les étapes de la fécondation In Vitro

La première étape lors d’une fécondation In Vitro consiste à stimuler le cycle ovarien en vue d’obtenir plusieurs ovocytes. Il s’agit de la stimulation multi folliculaire. Le concept est d’injecter quotidiennement des hormones FSH à la patiente. Tout au long de cette période de stimulation, il faut une surveillance sévère et il est nécessaire de passer un séjour à la clinique ou à l’hôpital qui se charge de l’intervention. Lorsque les follicules atteignent la taille adéquate, on peut provoquer l’ovulation en injectant des gonadotrophines chorioniques. 35 heures plus tard, il faut procéder à la ponction folliculaire qui consiste à recueillir les ovocytes ayant atteint la phase de maturation en introduisant une sonde d’échographie dans le vagin.

Cette intervention est assez douloureuse, ainsi afin de soulager la patiente ; elle se passe sous anesthésie locale ou générale légère. La ponction folliculaire ne dure que 15 à 20 minutes. Les ovocytes recueillis sont conservés avec délicatesse. Durant cette intervention, le conjoint doit faire une masturbation au laboratoire en vue de prélever un échantillon de sperme. À noter qu’il est recommandé d’observer trois jours d’abstinence pour obtenir un échantillon de qualité.

L’insémination et transfert des embryons lors d’une fécondation In Vitro

Le biologiste prépare donc les gamètes recueillis. Durant cette phase, il procède à séparer les spermatozoïdes du liquide séminal tout en sélectionnant les gamètes les plus mobiles. Les spermatozoïdes recueillis seront conservés dans une étuve contenant un liquide spécial. Les ovocytes seront aussi isolés du liquide d’aspiration folliculaire et placés dans le milieu de culture revêtant l’allure d’une boite de verre. Dans chaque boîte, le biologiste ajoute 10.000 à 100.000 spermatozoïdes par ovocyte. Cette étape accomplie, le biologiste peut déposer la boîte dans un incubateur d’une température ambiante de 37 °C où il sera facile d’observer le résultat de la fécondation. Durant ce temps, les gamètes fusionnent et l’oeuf commence à évoluer. Lorsque les embryons commencent à présenter 4 cellules nommées blastomères, le médecin peut procéder à l’insémination dans l’utérus. La patience est de mise, car il faudra compter 48 heures après la ponction folliculaire avant de pouvoir prononcer le nombre d’embryons obtenus après la fécondation.

Depuis quelque temps, les pratiquants ont opté pour le technique de garder les embryons 1 à quatre jours de plus in Vitro en vue de favoriser le développement de l’embryon et la chance de grossesse. Normalement, les médecins transfèrent deux embryons dans l’utérus de la femme. Contrairement à la ponction, le transfert est une intervention non douloureuse. Il se fait par introduction d’un tuyau plastique à travers le col afin d’atteindre l’utérus. Les embryons seront poussés dans la cavité de l’utérus par une seringue. La patiente peut revenir alors 12 jours plus tard après la Fécondation in Vitro pour un test de grossesse. Dans le cas où la FIV a permis d’obtenir des embryons de qualité, il est possible de les conserver en les congelant. Cette décision revient au couple.




  • Il est nécessaire de vous sentir bien avec vous-même ainsi qu’avec votre entourage pour trouver sérénité et (...)

    PSYCHOLOGIE
  • Beaucoup de personnes ont déjà essayé d’arrêter de fumer de nombreuses fois, sans pourtant grand succès. Comment réussir cette entreprise (...)

    TABAGISME
  • Diabète, hypertension, grippe, gastro-entérite…Les maladies font parties intégrantes de notre vie quotidienne. Comment les prévenir et les (...)

    MALADIES
  • L’heure est actuellement aux bio et naturels et la branche de la santé n’est pas épargnée. Qu’est-ce qu’une santé au (...)

    SANTé NATUREL