Accueil du site > Sante > Grossesse > Santé de la maman > Le déni de grossesse

Le déni de grossesse

Comme son nom l’indique, le déni de grossesse est la situation où une femme n’a pas intentionnellement conscience de sa grossesse. Le débat reste ouvert parce qu’on ne connait pas vraiment ses causes. Prise comme un trouble psychologique, le monde médical est actuellement étranger face à cette situation qui touche des milliers de femmes chaque année ne serait ce qu’en France. En effet, le déni de grossesse n’est pas encore reconnu médicalement et par conséquent ne figure pas dans le DSM IV qui référence tous les troubles mentaux. Certains spécialistes disent que le déni de grossesse est une situation pathologique tandis que d’autres optent pour le trouble psychologique, mais quoi qu’il en soit, il est incontestablement un problème de santé publique.

Le déni de grossesse : le corps fait ce que la tête veut

Le déni est une situation défense qui permet à individu d’accepter une réalité prise comme traumatisante selon l’explication de Freud. C’en est le cas avec la femme qui est enceinte dont la tête refuse d’accepter de l’être. Le déni de grossesse est un phénomène assez étranger, mais très fréquent chez les femmes. Selon l’ampleur du déni, on peut distinguer deux types : le partiel et le total. Avec le déni partiel, la femme enceinte a été mise au courant de sa situation et le déni a pris fin avant le terme de la grossesse. Pour le déni total par contre, la femme ne prend conscience de sa situation qu’au moment de l’accouchement.

Ce qui est étrange avec le déni de grossesse est que la femme ne présente aucun signe de grossesse. La femme enceinte n’a pas de ventre arrondi, n’entend pas des mouvements suspects dans son ventre et même son poids reste constant. Et surtout leur règle menstruelle continue normalement. L’autre fait étrange concerne le bébé. Ce dernier ne présente aucun signe de vie, ne donne pas de coup de mère à sa mère. Dans certains cas, l’entourage finit par constater un changement chez la femme enceinte (déni partiel) mais dans d’autres cas, même le corps médical se fait piéger et diagnostic le malaise de la femme enceinte comme un trouble digestif en écartant la grossesse étant donné qu’elle a toujours ces règles. Cette situation peut amener à une infanticide survenue accidentellement lors de l’accouchement.

Le déni de grossesse : non reconnu par le corps médical et la justice

Même si les causes du déni de grossesse reste assez floues même pour le corps médical, on peut toutefois recenser quelque facteurs d’origine : des grossesses très rapprochées, trouble psychologique (enfant d’une liaison extraconjugale, enfant non désiré), grossesse non suivie médicalement, grossesse due à une agression sexuelle, stérilité supposée. Des facteurs qui amènent à dire que le déni de grossesse tire son origine d’une extrême souffrance psychique.

Le déni de grossesse n’est pas reconnu médicalement ni juridiquement. Dans la plupart des cas, le déni génère beaucoup de mortalité infantile et même le bébé né n’est pas tout à fait viable, car la mère n’a pas pris de précaution ni de suivi médical au moment de sa grossesse. Le cas reste le même pour un déni partiel découvert à son 5e mois de grossesse. Le déni de grossesse reste encore un grand débat sur le pénal, car la justice ne reconnait pas le déni. Diverses associations se sont dressées pour la reconnaissance du déni de grossesse parce qu’en plus d’être passible à une peine d’emprisonnement, la mère porte encore le traumatisme de l’accouchement voir de l’infanticide si le bébé est mort né.




  • Il est nécessaire de vous sentir bien avec vous-même ainsi qu’avec votre entourage pour trouver sérénité et (...)

    PSYCHOLOGIE
  • Beaucoup de personnes ont déjà essayé d’arrêter de fumer de nombreuses fois, sans pourtant grand succès. Comment réussir cette entreprise (...)

    TABAGISME
  • Diabète, hypertension, grippe, gastro-entérite…Les maladies font parties intégrantes de notre vie quotidienne. Comment les prévenir et les (...)

    MALADIES
  • L’heure est actuellement aux bio et naturels et la branche de la santé n’est pas épargnée. Qu’est-ce qu’une santé au (...)

    SANTé NATUREL