Le zyban

Le zyban est un antidépresseur utilisé lors du traitement de sevrage tabagique. Il est un peu dangereux par rapport aux autres médicaments du même genre. Mais pour arrêter de fumer, celui-ci est encore recommandé vu son efficacité.

Forme et aspect du zyban

Le zyban c’est le nom du bupropion qui a été mis en vente depuis septembre 2001. C’est un comprimé blanc pelliculé. Facile à connaître par sa forme biconvexe et ronde dont l’une de ses faces porte la marque « GXCH7 ». Il est différent par rapport aux substituts nicotiniques qui abaissent progressivement la quantité de nicotine à l’intérieur de l’organisme du patient. Le zyban ne contient pas de nicotine, même celui qui l’utilise peut encore continuer à fumer pendant la première semaine du traitement, sans souci d’élévation du taux de nicotine. Par conséquent le zyban facilite le sevrage car il soulage ses symptômes. Ses effets touchent directement certains neurotransmetteurs au niveau cérébral pour pallier le manque de dopamine et de noradrénaline.

Inconvénients du zyban.

Comme tous les produits chimiques, le zyban entraîne des effets secondaires. Pourtant, il n’est pas comme tous les autres effets qui sont moins gênants, mais celle du zyban est un peu dangereuse. A part les réactions cutanée, l’insomnie, la bouche sèche, le zyban peut même mener le patient à des convulsions, troubles coronarien et même à la tentative de suicide (angoisse, dépression). Ces effets là sont immédiats mais il y a aussi des effets à long terme, c’est-à-dire, après 14 mois du traitement, le zyban peut entraîner encore des troubles psychiatriques, cardiovasculaires et neurologiques graves. En voyant les effets néfastes provoqués par l’utilisation du zyban, il est devenu le dernier choix à conseiller au patient par son médecin. Il est strictement interdit de le conseiller aux personnes moins de 18 ans et aux femmes enceintes car le zyban n’apporte ni de tolérance ni d’efficacité. Pour les patients âgés, ou ayant d’insuffisance hépatique ou d’insuffisance rénal, si le médecin ne peut pas éviter l’utilisation du zyban, il doit prescrit une faible dose de 150mg en une prise par jour pendant la durée du traitement. Pour traiter une personne adulte sans problème de santé, le traitement doit commencer avant l’arrêt effectif du tabac. Après deux semaines du début du traitement, le patient ne doit plus fumer.

Le dose prescrit par le médecin doit être respecter, c’est-à-dire, un comprimé de 150mg par jour pendant les six premiers jours et de 300 mg par jour en deux prise quotidiennes espacés au moins de 8 heures à partir de septième jour jusqu’à la fin du traitement de 7 à 9 semaines. Il est possible de baisser les risques des effets secondaires en évitant de prendre le zyban à l’heure du coucher pour éviter l’insomnie. Il faut aussi l’avaler entièrement sans écrasés ni les mâchés sinon les risques des effets indésirables et convulsions peuvent être élevé.

S’il semble dangereux d’arrêter de fumer en utilisant le zyban, il vaut mieux de l’arrêter volontairement sans l’aide d’autre médicament anti-tabac.




  • Il est nécessaire de vous sentir bien avec vous-même ainsi qu’avec votre entourage pour trouver sérénité et (...)

    PSYCHOLOGIE
  • Beaucoup de personnes ont déjà essayé d’arrêter de fumer de nombreuses fois, sans pourtant grand succès. Comment réussir cette entreprise (...)

    TABAGISME
  • Diabète, hypertension, grippe, gastro-entérite…Les maladies font parties intégrantes de notre vie quotidienne. Comment les prévenir et les (...)

    MALADIES
  • L’heure est actuellement aux bio et naturels et la branche de la santé n’est pas épargnée. Qu’est-ce qu’une santé au (...)

    SANTé NATUREL