Accueil du site > Sante > Prévention et traitement > Les coliques néphrétiques

Les coliques néphrétiques

On entend souvent parler des coliques néphrétiques, les douleurs senties dans les reins au niveau du bas ventre vers l’avant et des organes génitaux externes. Parlons-en de ces causes et les conseils nécessaires.

Les causes des coliques néphrétiques

Se manifestant par une douleur particulière très intense et insupportable, la colique néphrétique nécessite une urgence médicochirurgicale, et aucune position n’est possible pour soulager les douleurs. En fait, la colique néphrétique n’est pas une maladie, mais un symptôme. Elle est due à une mise en tension du rein et une obstruction des voies urinaires qui sont souvent suite à un calcul rénal ou lithiase. Parfois, les reins créent des calculs et ces derniers bloquent les voies urinaires lorsqu’ils sont gros.

La crise peut être suivie d’un malaise, de vomissements, ou d’un arrêt du transit intestinal et un ballonnement. Pareillement, il pourrait y avoir des brûlures en urinant, des besoins urgents et fréquents, la présence de sang dans l’urine surtout en cas de calcul et les urines sont très rouges.

Ainsi, nous pouvons en tirer que tout problème au niveau du passage de l’urine du rein vers l’extérieur du corps peut engendrer une stagnation des urines dans le rein et une distension rénale. Les calculs représentent la principale cause de colique néphrétique. Les tumeurs et les rétrécissements inflammatoires ou cicatriciels de la voie excrétrice après calcul ou chirurgie sont d’autres causes d’obstacle internes. Une élimination excessive d’acide urique contribue aussi à la formation de ces calculs.

Nos conseils en cas de coliques néphrétiques

La majorité des calculs sont à base de calcium, et souvent oxalo-calciques. Avoir trop de calcium ou trop d’acides uriques excrétés dans les urines ou un trop faible volume d’urines. Soit, moins de 1 litre pendant 24 heures peut augmenter les risques de calculs. Le type et la localisation de la douleur sont à prendre en compte.

En cas de colique néphrétique, il n’est plus question de boire beaucoup d’eau. Au contraire, il faut boire moins afin de ne pas provoquer une pression au niveau des voies urinaires. Mais, en dehors des crises, il faut boire régulièrement et abondamment, afin de mieux les éviter. Le médecin pourra vous administrer des antispasmodiques, du genre spasfon ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens. Pour les calculs, on pratique le plus souvent une lithotripsie extracorporelle, qui permettra de les pulvériser, à travers la peau et sans effraction, pour qu’ils puissent être évacués par les voies naturelles.




  • Il est nécessaire de vous sentir bien avec vous-même ainsi qu’avec votre entourage pour trouver sérénité et (...)

    PSYCHOLOGIE
  • Beaucoup de personnes ont déjà essayé d’arrêter de fumer de nombreuses fois, sans pourtant grand succès. Comment réussir cette entreprise (...)

    TABAGISME
  • Diabète, hypertension, grippe, gastro-entérite…Les maladies font parties intégrantes de notre vie quotidienne. Comment les prévenir et les (...)

    MALADIES
  • L’heure est actuellement aux bio et naturels et la branche de la santé n’est pas épargnée. Qu’est-ce qu’une santé au (...)

    SANTé NATUREL