Accueil du site > Sante > Psychologie > L’infanticide : une pratique inconcevable

L’infanticide : une pratique inconcevable

En tant qu’être doué de raison, l’être humain est à la fois bon mais aussi capable de vices éminemment barbares. Analysez le phénomène de l’infanticide, une pratique encore d’actualité même dans notre monde contemporain.

L’infanticide : de quoi s’agit-t-il ?

L’infanticide est un terme juridique qui désigne la mise à mort volontaire ou inconsciente d’un bébé. Dans le monde animal, l’infanticide s’explique aisément par le phénomène de prédation et la cruauté naturelle de la loi de la jungle. Chez l’homme, elle est plus difficile à cerner étant donné que l’homme est foncièrement raisonnable.

Durant les temps anciens, l’infanticide était motivée par la nécessité de survie ou par le poids de la tradition. Chez les grecs et les romains de l’Antiquité, les enfants chétifs étaient mis à mort car ils étaient jugés incapables de protéger la cité. En Asie, l’infanticide à l’endroit des filles était une pratique fréquente car elles représentaient la honte pour la famille. Dans d’autres pays, l’infanticide était surtout portée à l’endroit des bébés jumeaux.

L’infanticide : comment l’expliquer ?

Si on ne cite que l’infanticide par congélation fait par Véronique Courjault en 2006 ou l’égorgement de ses cinq enfants par Geneviève Lhermitte en 2007, force est de constater que l’infanticide se pratique encore même à notre époque. La pratique est encore explicable chez certains peuples trop ancrés dans les traditions anciennes ou dans les pays à forte densité démographique. Cependant, elle se révèle incompréhensible quand c’est la mère elle-même qui lève la main pour tuer son enfant.

Selon les psychologues, une mère qui tue de sang froid son enfant est une personne qui a des antécédents psychologiques graves ou victimes d’un choc émotionnel inopiné. L’obtention accidentelle d’un enfant, le départ inattendu du mari peuvent par exemple pousser une femme à tuer son enfant. Quand les mères tueuses se font arrêter, elles ont toujours tendance à prétexter une maladie psychologique. Cette astuce amène souvent à un non lieu ou à une atténuation de peine. Pour lutter contre ce fléau, l’État et les thérapeutes s’attèlent sans relâche pour prendre les dispositions nécessaires à leur endroit.




  • Il est nécessaire de vous sentir bien avec vous-même ainsi qu’avec votre entourage pour trouver sérénité et (...)

    PSYCHOLOGIE
  • Beaucoup de personnes ont déjà essayé d’arrêter de fumer de nombreuses fois, sans pourtant grand succès. Comment réussir cette entreprise (...)

    TABAGISME
  • Diabète, hypertension, grippe, gastro-entérite…Les maladies font parties intégrantes de notre vie quotidienne. Comment les prévenir et les (...)

    MALADIES
  • L’heure est actuellement aux bio et naturels et la branche de la santé n’est pas épargnée. Qu’est-ce qu’une santé au (...)

    SANTé NATUREL