Accueil du site > Sante > Sexualité > Problèmes et maladies sexuelles > Trouble sexuel : PSAS ou syndrome de l’excitation sexuelle (...)

Trouble sexuel : PSAS ou syndrome de l’excitation sexuelle permanente.

Parmi les troubles sexuels les moins connus, existe ce que l’on appelle en terme médical, le PSAS. Les personnes souffrant du PSAS se trouvent en permanence au bord de l’orgasme sans pour autant développer de pensées érotiques. Il s’agit d’un syndrome moins fréquent que la frigidité, mais tout aussi dérangeant.

Continuellement au bord de l’orgasme à cause du PSAS.

Dès que la notion de trouble sexuel féminin est évoquée, il nous vient spontanément à l’esprit frigidité, absence de libido, vaginisme, etc. Mais certaines femmes souffrent d’un malaise tout à fait à l’opposé de la frigidité. Il s’agit d’une excitation permanente, sans qu’aucune pensée érotique ne vienne les hanter. Si une femme frigide se plaint de sa quasi-impossibilité d’atteindre l’orgasme, les victimes de ce syndrome rare, appelé PSAS ou Persistent Sexual Arousal Syndrome, sont à chaque instant au bord de l’explosion.

Aussi connu sous le nom de PGAD ou Persistent Genital Arousal Disorder, le syndrome est parfois passé sous silence, et celles qui en souffrent taisent souvent leur inconfort. Des études ont été menées sur le sujet, mais jusqu’à ce jour, personne n’a encore pu établir d’explications précises sur les origines de ce syndrome. Pour certains les causes seraient liées à une malformation artério-veineuse. Tel le priapisme masculin, le clitoris serait lui aussi continuellement gorgé de sang. Certains chercheurs avancent que le PGAD pourrait également provenir d’un problème au niveau du système nerveux, ou d’un effet secondaire de certains médicaments.

Les femmes souffrant du PSAS vivent l’enfer.

Les femmes victimes du syndrome évoquent une excitation permanente sur toutes leurs parties génitales mais c’est surtout au niveau du clitoris que la pression se fait le plus sentir. Elles ressentent des fourmillements sur cette zone, semblables à ceux ressentis sur les bras ou les jambes lorsqu’ils ont été, trop longtemps, soumis à une forte pression. Tous les nerfs étant très alertes, ils se montrent sensibles au moindre contact. Comme lors des rapports intimes chez les autres femmes, l’excitation devient de plus en plus forte. Pour se soulager, elles sont obligées d’évacuer leur « stress » via l’orgasme. Ce moment de répit étant bref, la pression recommence quelques instants après.

Leur journée devient parfois un enfer, car il leur est impossible d’avoir autant d’orgasmes. Cette situation s’avère particulièrement gênante dans toutes les démarches quotidiennes, et vivre normalement s’avère quasiment impossible pour ces femmes. Certaines arrivent même à penser au suicide, ne trouvant pas de solutions adaptées. Heureusement, les chercheurs commencent réellement à accorder de l’importance au PSAS. Le Dr Waldinger, un neuropsychiatre hollandais a déjà mis en évidence que le syndrome constituait une variante du syndrome des jambes sans repos. Ce qui laisse entrevoir une lueur d’espoir pouvant conduire à la découverte d’un traitement adéquat dans un futur proche.




  • Il est nécessaire de vous sentir bien avec vous-même ainsi qu’avec votre entourage pour trouver sérénité et (...)

    PSYCHOLOGIE
  • Beaucoup de personnes ont déjà essayé d’arrêter de fumer de nombreuses fois, sans pourtant grand succès. Comment réussir cette entreprise (...)

    TABAGISME
  • Diabète, hypertension, grippe, gastro-entérite…Les maladies font parties intégrantes de notre vie quotidienne. Comment les prévenir et les (...)

    MALADIES
  • L’heure est actuellement aux bio et naturels et la branche de la santé n’est pas épargnée. Qu’est-ce qu’une santé au (...)

    SANTé NATUREL