Accueil > Sante > Grossesse > Santé de la maman > Le Syndrome d’Alcoolisation Fœtale

Le Syndrome d’Alcoolisation Fœtale

La consommation d’alcool chez la femme enceinte a toujours été un sujet sensible. Plusieurs campagnes sont mises en place depuis des années pour mettre les couples au courant des éventuels danger de la boisson sur le bébé.

Effet de l’alcool pendant la grossesse

La future maman mange pour deux quand elle est enceinte. Tout ce qu’elle ingurgite se partage entre elle et son bébé. La majorité des femmes réduisent la consommation d’alcool pendant la grossesse, souvent au premier trimestre, mais l’idéale c’est d’arrêter complètement. Quand l’alcool entre dans le corps de la femme enceinte, les composants de la boisson passent du placenta dans le sang de l’enfant à naître. L’alcoolémie maternelle et fœtale sont équivalentes mais l’élimination de la dose d’alcool prendra beaucoup plus de temps pour le bébé que pour la mère. Le métabolisme hépatique étant encore faible, la durée d’exposition à l’alcool est plus longue.

L’alcool en agissant sur la formation et la croissance de l’enfant, va agir sur son organisme et son cerveau et peut provoquer des malformations congénitales. Le système nerveux et le cerveau du bébé sont très sensibles. L’alcool est responsable d’une diminution des échanges foeto-maternelles par spasmes des vaisseaux sanguins. Cela peut entraîner une hypoxie, une souffrance fœtale qui peut aller jusqu’à la mort in utero. L’alcool étant un tératogène, sa toxicité ira directement aux tissus en formation. Il y aura déficits neurologiques sans signe morphologique visible. Le placenta ne peut pas faire écran contre l’alcool pour le bébé, les toxines le traversent directement.

Le Syndrome d’Alcoolisation Fœtale

Il englobe une série d’anomalies associées à la consommation d’alcool pendant la grossesse. Trois critères sont réunis pour établir le diagnostic : retard de croissance prénatale ou postnatale, atteinte du système nerveux central (anomalies neurologiques, malformations cérébrales, déficits intellectuels...) et les traits faciaux caractéristiques : paupière raccourcie, lèvre supérieure amincie, aplatissement de la région maxillaire et sillon mal dessiné entre la lèvre supérieure et le nez. A part tout ça, on constate l’insuffisance de poids du fœtus quand il est encore dans le ventre de sa mère, ainsi que durant sa croissance.

Pour éviter l’apparition éventuelle de cette maladie, il faut informer encore plus la population, afin de la sensibiliser davantage. En priorité les jeunes facilement influençables. Il est nécessaire de mettre en place des services de dépistage et d’intervention. On doit aussi avoir un service de diagnostic et des programmes pour atténuer les souffrances de l’enfant si le cas est déjà avéré. La plupart des futures mamans sont très réceptives aux sensibilisations que font les organisations pour la santé de la mère et de l’enfant. Pour avoir un bébé en bonne santé, le plus important est de suivre les conseils de votre médecin et éviter tout ce qui pourrait lui nuire.




  • Il est nécessaire de vous sentir bien avec vous-même ainsi qu’avec votre entourage pour trouver sérénité et bonheur.

    PSYCHOLOGIE
  • Beaucoup de personnes ont déjà essayé d’arrêter de fumer de nombreuses fois, sans pourtant grand succès. Comment réussir cette entreprise difficile (...)

    TABAGISME
  • Diabète, hypertension, grippe, gastro-entérite…Les maladies font parties intégrantes de notre vie quotidienne. Comment les prévenir et les traiter (...)

    MALADIES
  • L’heure est actuellement aux bio et naturels et la branche de la santé n’est pas épargnée. Qu’est-ce qu’une santé au naturel (...)

    SANTé NATUREL